Les droits du voyageur sur les séjours à forfait : ce qu’il faut savoir

Les séjours à forfait sont des formules touristiques très pratiquées par les agences de voyage. Les touristes sont pour la plupart du temps très attirés par ce genre d’offre puisqu’il s’agit d’un package de voyage incluant le billet d’avion aller-retour, l’hébergement, la restauration et les déplacements sur le lieu de destination. Il faut savoir que les séjours à forfait doivent respecter certaines législations. Cela afin de protéger les droit du voyageur et d’éviter les pratiques commerciales abusives. Voici l’essentiel à connaitre à propos des séjours à forfait.

Des brochures à disposition du consommateur

Pour pouvoir proposer des séjours à forfait, la loi oblige les agences de voyage à réaliser des brochures présentant ces offres. La brochure en question doit prévoir une description de l’offre, avec le choix de la destination, l’itinéraire et les moyens de transport. Les services proposés dont l’hébergement, la restauration et les activités doivent également y être renseignés. Par ailleurs, ce fascicule doit également indiquer le prix forfaitaire, les documents nécessaires pour le voyage ainsi que les échéances de paiement du voyage.

Avant la conclusion du contrat

Avant de commencer le voyage, l’organisateur doit rappeler par écrit les détails du voyage, à savoir les escales et les sites à visiter. Il doit également fournir des informations sur les assurances et les documents nécessaires en cas de situations d’urgence.

Mise en garde

Selon la loi, l’agence de voyage ne doit en aucun cas modifier les dispositions tarifaires mentionnées dans le contrat une fois qu’il est signé, sauf si ce document le prévoit de façon expresse. Là encore, seule la hausse des coûts du voyage suite à des paiements de redevances, de taxes diverses ou de variation de taux de change est comptée.

Que faire en cas de modification du contrat ?

Si l’organisateur a effectué des changements dans le contrat, il est tout à fait du droit du voyageur de résilier le contrat et de demander un remboursement. La résiliation se fait sans pénalités ni avenant. Si l’organisateur ne rembourse pas les sommes qu’il a versées, il peut réclamer un dédommagement. Par ailleurs, si l’organisateur est dans l’obligation d’annuler le contrat, il doit avertir les voyageurs au moins une semaine avant le départ si le voyage dure 6 jours. Au-delà de cette période, il dispose encore 20 jours pour annoncer l’annulation du contrat.

Comment alors porter plainte ?

Le voyageur peut présenter sa plainte auprès du Centre européen des consommateurs ou ECC si l’agence de voyages refuse de le dédommager. Il doit alors remplir un formulaire en cas de refus d’embarquement, de r Soutenu par la Commission européenne, l’ECC est présent dans tous les pays de l’Union européenne. Ces centres disposent d’antennes régionales qui permettent de résoudre rapidement les problèmes du voyageur, si par exemple il privé d’hébergement ou de repas. En effet, il existe des cas où les voyageurs se retrouvent démunis et abandonnés par l’agence de voyages une fois arrivés à destination. L’ECC lutte en faveur des voyageurs afin de leur assurer bonne prise en charge.